Meta

Essai de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition 450 ch 2017

Pour le Salon de Genève, tous les constructeurs auto savent qu’il faut se mettre sur son 31. Ça, BMW l’a compris et est désormais passée maître dans l’art de sublimer ses modèles. À cette occasion, la BMW M4 Cabriolet Pack Compétition a dû se refaire une nouvelle beauté.  Esthétiquement plus enjouée que jamais, elle profite de 450 chevaux que nous sommes tentés d’éprouver au travers d’un essai.

BMW M4 Pack Competiton, esthétiquement parlant

La qualité est le maître mot chez BMW qui ne se prive pas de mettre les petits plats afin d’offrir une voiture d’exception à ses clients. Aussi, après avoir sorti les deux extrêmes, c’est-à-dire une version classique et une version GTS, BMW a décidé de trouver le juste milieu.

Pour satisfaire les clients en quête d’une M4 un peu moins classique, mais pas aussi féroce que la GTS, BMW s’est lancé dans des retouches qui portent évidemment leurs fruits. Le travail de relooking commence par les phares, avec à l’avant des modèles à LED adaptatifs alors que le design des feux arrière, eux aussi à LED, a été revu.

Du reste, nous avons toujours affaire à une voiture au look impeccable. En dehors de la majestueuse calandre surmontée du logo blanc-bleu, l’avant de la voiture profite d’énormes prises.

Si vous découvrez l’intérieur de la BMW M4 pour la première fois, le premier choc viendra assurément du design des sièges. Sur ce coup-ci, BMW joue de la carte de l’originalité. Non seulement leur forme est exceptionnelle, mais, en plus, ils offrent un confort et un maintien en virage à nul autre pareil.

Pour le coup, la nouveauté se résume au tout nouvel emblème M redessiné dont les dossiers sont tamponnés. Désormais, les surpiqûres et des inserts chromés font leur apparition sur la planche de bord. De même, BMW offre de série le point d’accès Wi-Fi et la recharge de téléphone par induction. Avec tout ça, nous sommes bien curieux de savoir ce que la vague de changement apporte à la motorisation de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition.

Motorisation, l’arsenal de guerre de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition

Nous avons connu une version classique dont le moteur culminait 431 chevaux. Pour le change, BMW pousse ce moteur 6 cylindres en ligne à essence à 450 chevaux au régime de 7.000 tr/min qui jouit d’une alimentation Bi-Turbos et d’une injection directe. Le couple, lui, est maintenu à 550 Nm grâce à une reprogrammation de la cartographie.

BMW M4 Cabriolet Pack Competition passe la barre des 100 km/h sur les 250 km/h de vitesse maximale qu’elle se permet en seulement 4 secondes. Mais, pour réaliser cet exploit, le cabriolet a dû y être préparé.

En matière de châssis, la BMW M4 Cabriolet Pack Competition a été dotée de tous nouveaux amortisseurs, de barre antiroulis et de ressorts auxquels s’ajoute une suspension pilotée spécifique. De plus, les magnifiques jantes en aluminium 20 pouces au design époustouflant sont désormais plus rigides tout en restant très légères. Elles sont chaussées de pneus bien plus grands que ceux de la version M4 classique signés Michelin Super Sport de 265/30 R20 à l’avant et 285/30 R20. La roue de secours, elle, reste un kit anti-crevaison.

L’autre atout maître de cette BMW M4 Cabriolet Pack Competition, c’est sa boite à vitesse.  BMW rend disponible sur ce modèle une boite robotisée DKG à 7 rapports caractérisés par un double embrayage et facturée à 3.950€. La DKG jouit de 3 modes de conduite avec un mode manuel utilisable depuis les commandes à l’arrière du volant.

Cette boite robotisée permet de ramener le malus de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition de 8.000€ à 6.500€ avec une émission de CO² estimée à 194 g/km. En termes de consommation, la conduite urbaine coute 11.1 litres tous les 100 km alors que sur l’autoroute, la consommation est de 6.7 litres/100km. Le cycle mixte tranche à 8.3 litres/100 km.

Toute la dotation de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition semble l’apprêter à une mise à l’épreuve que nous ne pouvons pas lui refuser.

La BMW M4 Cabriolet Pack Competition mise à l’épreuve

Grâce à sa nouvelle force de frappe, le moteur de la BMW M4 Cabriolet Pack Competition se montre très vigoureux. En effet, la première grosse différence entre cette nouvelle version et le moteur de 431 chevaux, ce n’est pas seulement les 19 chevaux. La sonorité du moteur est bien plus agressive, révélant les desseins de furieuse sportive, notamment en mode « Sport Plus » où la quadruple sortie d’échappement crache tout ce que le bloc a dans le ventre dès le démarrage.

Le supplice continue en bas régime, car à partir de 2.500 tr/min déjà, le moteur montre ses griffes acérées et  il faut attendre les 8.000 tr/min pour ressentir son essoufflement.  À mesure que le moteur monte en puissance et que les accélérations s’enchainent, les vocalises se corsent, n’en déplaise à vos tympans.

De même, ce monteur montre ses limites aussi bien sur sol sec que sur sol mouillé. En première vitesse, le départ reste plutôt timide à cause des problèmes d’adhérence. Il faut attendre que la BMW M4 Cabriolet Pack Competition prenne ses marques pour vraiment profiter de sa fulgurante ascension.

Le train avant se montre alors plus acerbe et l’antiroulis permet d’équilibrer la puissance et le poids de la voiture. Le plus impressionnant est de voir ce que cette BMW est capable de faire dans les virages. Même sans anti-dérapage, son assurance reste déroutante et nous comprenons vite qu’elle le doit à son différentiel arrière électroniquement piloté. Celui-ci est à la base de l’absence de patinage de la roue intérieur, tout cela, sans survirage en plus.

Le moteur est aussi énormément aidé de la boite DKG. Si cette dernière se montre très efficace en conduite normale,   les modes « Sport » et « Sport+ » n’ont pas de secrets pour cette boite robotisée. Les vitesses s’enchainent avec une facilité déconcertante, vous faisant profiter de sensations débarrassées de toute rupture de charge. Malheureusement, le levier montre ses limites en rétrogradation avec de légers à-coups  jouant ainsi sur son ergonomie.

Par contre, la direction, elle, ne profite pas des 3 modes conduites, car il faut de la peine et de l’effort pour ressentir l’adhérence. Ce qui a l’art d’impacter le freinage. A ce propos, la BMW M4 Cabriolet Pack Competition profite d’un freinage carbone-céramique disponible en option. Avec cette composition, les ralentissements sont très efficaces, jusqu’à ce qu’ils perdent leur mordant.

Bilan

Depuis le châssis jusqu’au moteur en passant par le look, la BMW M4 Cabriolet Pack Competition jouit, dans l’ensemble, d’une dotation exceptionnelle. Plus efficace, le châssis offre un confort supérieur aux deux versions (classique et GTS) grâce à la suspension pilotée. Si nous avons apprécié la générosité du moteur, nous apprécions moins ses vrombissements râleurs.  On s’en serait bien passé.

1 réponse

  1. avito voiture
    merci pour cet excellent article! pas piqué des vers je crois qu’il va m’être très utile sur certains points…

Répondre à avito voiture