Meta

Essai Audi Q3 35 TFSI 1.5 150 ch Design, une deuxième génération qui fait ses preuves

Voilà 7 ans que la marque allemande aux anneaux a lancé son modèle Q3, le tout premier de sa génération. Depuis, plus rien, jusqu’à l’annonce en début d’année de la sortie prochaine d’une 2e génération.  Entre temps, ses deux principales concurrentes, la Mercedes-Benz GLA et la BMW X1, s’étaient mises à leurs aises.

En septembre 2018, Audi se décide enfin et le monde entier a pu découvrir cette 2e génération tant attendue. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le constructeur allemand a eu la main légère et ce n’est pas pour nous déplaire. Si le style a bien évolué, seul un essai digne du nom pourra dire si le vent nouveau qui a soufflé est de bon augure.

Une fronde Anti BWM X1

Audi semble avoir tenu ses promesses de changement radical de son Q3. En effet, avec les années, s’il y a une chose qu’Audi nous a appris, c’est qu’elle bouge très rarement ses lignes. Dans la majorité des cas, les changements esthétiques restent pour le moins minimes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la marque aux anneaux semble avoir pris un tout nouveau virage. Avait-elle vraiment le choix, avec une BMW X1 qui a complètement conquis le segment, pendant que la Q3 se refusait une remise en beauté ? Ça a beau être un choix stratégique, ce n’est pas pour déplaire aux amoureux de la marque.

7 années sans bouger les lignes, c’est long ; même avec 1,1 million d’exemplaires vendus. C’est une longue carrière qui rappelle celle de la Q5, qui s’est illustrée comme l’un des plus grands succès de la marque aux anneaux. D’ailleurs, cette nouvelle génération emprunte beaucoup au style de son aînée.

Nouvelle génération, nouvelle carrosserie

Pour avoir promis que le nouveau style détonnerait, le constructeur allemand a joué la carte de l’innovation. La première à y passer est bien évidemment la carrosserie qui s’enfle de toute part, empruntant beaucoup à celle de la Q5.

Pour cette nouvelle génération, la Q3 est construite sur la base de la plateforme MQB, qu’elle partage avec la Volkwagen Tiguan. Ce qui la propulse d’emblée dans le segment des SUV familiaux par excellence.

C’est donc tout naturellement qu’elle affiche les mêmes mensurations, gagnant 10 cm de long, à raison d’une longueur totale de 4,48 cm. Sa largeur s’étire également pour atteindre 1,86 m tandis que la hauteur plafonne à 1,62 m.

Si les flancs de l’Audi Q3 II deviennent plus anguleux, l’avant profite également d’un changement majeur. La toute nouvelle calandre octogonale  qui signe tous les nouveaux modèles de la marque. Un baptême du feu pour le SUV qui conclut cette révolution esthétique avec deux types de jantes : des 17 et 18 pouces proposés avec l’Audi Q3 Design et des 20 pouces sur l’Audi Q3 S line.

L’âme d’une familiale

Avec des mensurations en nette évolution, Audi souhaite conquérir un tout nouveau segment de conducteurs. La marque prouve par la même que la Q3 peut être autant une familiale qu’un Q8. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle a réussi son coup, puisque désormais, les places arrière sont bien plus spacieuses, en plus d’avoir des dossiers inclinables.

L’Audi Q3 doit bien être l’un des rares modèles de la marque à avoir une place centrale aussi confortable, avec une banquette coulissante sur 15 cm. Ce qui permet au coffre qui propose un volume de chargement initial de 530 litres de passer à 675 litres. Une fois  que la banquette est mise à plat suivant une configuration 60/40, le volume de chargement passe à 1 525 litres, assez grand pour accueillir les valises de toute une famille. Avec un empattement qui passe de 2,68 m à 2,76 m, on ne pouvait pas s’attendre à mieux.

Quand luxe et technologie font bon ménage

Si un SUV plus confortable, c’est déjà très bien, Audi n’hésite pas à rappeler qu’on est bien sur le segment des véhicules prémium. Aussi,  le luxe se ressent dans chaque centimètre de l’habitacle, avec à la clé éclairage LED et finition aluminium.

La planche de bord est celle qui profite le plus du renouveau esthétique du SUV. Déjà, son design est solidaire de la calandre avec une découpe octogonale très réussie. Mais en plus, elle profite désormais d’un bandeau et d’un revêtement Alcantara et porte fièrement toute la panoplie technologique du SUV.

En plus d’avoir un meilleur graphisme, l’écran central de 8,8 pouces est désormais tactile. Quant au Virtual Cockpit, il est désormais plus facilement accessible grâce à un écran central de 10,2 pouces doté d’un affichage sur dalle digitale.

Des équipements au sommet de la technologie

Le moins qu’on puisse dire concernant cette 2e génération, c’est qu’elle n’a clairement plus rien à voir avec la première. Ça s’en ressent également au niveau de ses équipements qui sont, plus que jamais, modernes et Hi-Tech.

On en veut pour preuve la dotation de série de la version Q3 Design de l’auto qui se compose d’un système MMI, de projecteurs full LED, du virtual cockpit, de la radio ainsi que des jantes alliages de 17 pouces. Cette finition fait partie d’un quadruplé composé  comme suit : Base, Design,  Design Luxe et S Line.

Mais c’est surtout au niveau des aides à la conduite que l’auto impressionne, avec entre autres le système de conduite automatique, le stationnement semi-automatique, le régulateur adaptatif de vitesse ou encore la caméra 360°.

Une motorisation bien fournie

Sur cette deuxième génération, l’Audi Q3 accueille 5 moteurs. Retenez pour le compte des 3 blocs à essence  la  Q3 35 TFSI 1.5 de 150 chevaux, la Q3 40 TFSI  2.0 de 190 chevaux et la Q3 45 TFSI 2.0 de 230 chevaux. Toutes les 3 versions sont dotées d’une transmission intégrale Quattro ainsi que d’une boîte à vitesse manuelle S Tronic de 6 rapports.

Les deux moteurs diesel sont la Q3 35 TDI 2.0 de 150 chevaux et la Q3 40 TDI 2.0 TDI de 190 chevaux. Des deux, seul le 40 TDI dispose à la fois de la transmission intégrale Quattro et de la S Tronic.

La gamme devrait être complétée d’ici 2020 par un moteur hybride qui consacrera l’arrivée d’une Q3 e-tron. Les rumeurs veulent qu’il s’agisse d’un couplage du moteur 35 TFSI de 150 chevaux avec deux moteurs électriques qui développerait 400 chevaux de puissance.

Pour l’heure, on a plutôt hâte de savoir comment se comporte la version Q3 35 TFSI 1.5 de 150 chevaux.

Nos premières impressions

A l’assise, grosse surprise ! Le confort est tout simplement royal, avec une verticalité du volant qui offre une prise en main exceptionnelle. Bien qu’au démarrage le moteur 1.5 150 chevaux se soit montré plutôt timide, d’un silence assourdissant, l’expérience commence bien.

Le châssis, quoique classique, est parfaitement correct. Il perd la fermeté de la première génération, offrant une conduite plus souple, soutenue par des jantes alliages de 18 pouces. La direction, elle aussi, se montre assez souple, alors que la S tronic n’a jamais été aussi réactive.

Pour l’heure, rien qui ne mérite une extase, surtout lorsque l’auto devrait se montrer plus réactive à l’accélération. Sauf qu’il n’en est rien. D’ailleurs, à quoi pourrait-on s’attendre avec un moteur 1.5 4 cylindres de 150 chevaux et 250 Nm de couple.

Ce n’est tout de même pas une excuse valable lorsqu’on a en face une BMW X1 18i dotée d’un moteur de puissance similaire et qui fait bien mieux avec sa boîte automatique à 8 rapports.  On est tenté de dire « Tout ça pour ça !», car Audi s’est donné beaucoup de mal.

Bilan

Pour un SUV avec un pareil gabarit, Audi aurait pu faire mieux sur le moteur 35 TFSI. La conduite a beau être correcte, elle se montre plate lorsqu’on essaie de monter dans les tours. En plus, la boîte de vitesses S tronic n’aide pas beaucoup. Au moins, on se consolera avec les nombreuses dotations de la Q3 2018 qui se laisse emporter dans sa version Design à 36 900€.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire